LOGO HARMONIE CORPS MENTAL - CARRE (1)V2.png

LA KINÉSIOLOGIE

La kinésiologie est une méthode basée sur la médecine traditionnelle chinoise (synthétisant ainsi des techniques d’acupressure, de gestion du stress, de relaxation, de programmation neurolinguistique).

Elle implique les dimensions physiques, psychologiques et biochimiques de l’individu. La kinésiologie vise à rétablir la circulation énergétique bloquée par des traumatismes physiques ou émotionnels, gardés en mémoire par notre corps.

L’un des principaux objectifs est de parvenir à libérer ces tensions intérieures pour aller vers un mieux-être physique et émotionnel.

Le test musculaire permet d’interroger le corps et de faire remonter à la conscience les déséquilibres énergétiques et les stress émotionnels qui empêchent l’individu d’utiliser toutes ses potentialités.

La kinésiologie peut être utilisée aussi bien auprès des adultes que des enfants et des bébés.

Cette méthode est née aux États-Unis dans les années 60 grâce aux travaux du Dr Georges Goodheart, un chiropracteur. 10 ans plus tard, son élève John Thie a repris ses recherches pour faire naitre le « Touch For Health », aujourd’hui à la base de la kinésiologie.

La kinésiologie réunit différents aspects de la médecine occidentale et orientale, comme par exemple la chiropraxie, l’étude des mouvements et des méridiens ainsi que l’acupressure et bien d'autres.

Les blocages et les maladies se manifestent, entre autres, par des faiblesses et des contractures dans les muscles.

Du point de vue de la kinésiologie, la musculature est reliée par la circulation énergétique aux différents organes ou aux autres parties du corps. À l’inverse, une faiblesse musculaire peut aussi indiquer, un blocage ou une absence d’énergie dans l’organe correspondant.

La force ou la faiblesse d’un muscle ne dépendent pas de son entrainement physique. C’est l’état de stress dans lequel se trouve la personne qui peut bloquer le flux énergétique et provoquer la faiblesse du muscle. Un désordre de ce type peut avoir une origine structurelle (fonction organique, structure des tissus), biochimique (par exemple le système immunitaire ou le métabolisme) ou psychique. Le facteur déterminant est la réponse instinctive du corps.